L’Avant-Scène est née seulement quelques années après le premier théâtre professionnel au pays, le Rideau Vert. En 1952, André Gervais fondait sa troupe de théâtre amateur ici chez nous. À l’époque, il faut se rappeler qu’il n’y avait pas de Ministère des Affaires culturelles, et que le mot subvention n’était pas dans le dictionnaire pour les artistes et les autres créateurs! Et si certaines troupes, comme les Compagnons de Saint-Laurent, ont donné naissance au TNM par exemple, l’Avant-Scène perdure et signe dans sa vocation de théâtre fait par amour purement et simplement.

À la barre de cette troupe à titre de président du conseil d’administration, un gars bien connu du grand Sud-Ouest, Jean-Guy Marceau. Quand on l’interroge sur sa venue à l’Avant-Scène, il répond d’un large sourire : « Comme tout le monde dans le coin, je connaissais la troupe. À ma sortie du bac en théâtre, j’ai fondé le Théâtre Dérangé. Mais je suivais l’Avant-Scène et j’aimais ses productions. Puis au début des années 90, on m’a demandé de jouer le rôle principal dans « Appelez-moi Stéphane », et c’était fait. Je suis tombé en amour. »

À l’invitation de Josée Goulet – qui a présidé le c.a. pendant plus de 20 ans, Jean-Guy s’implique rapidement. « J’étais heureux de pouvoir mettre mon bagage à contribution. Et en plus, ça m’a ouvert la porte à faire de la mise en scène, une chose que j’adore ! Mais j’avoue qu’au début, je doutais d’en être capable,» avoue-t-il candidement.

Depuis 1992, l’Avant-Scène participe régulièrement à des festivals tant ici qu’à l’étranger où elle ne cesse de nous faire honneur. « C’est une occasion en or de tisser des liens avec des gens de partout ! » souligne l’homme de théâtre. De son premier prix du public au Festival québécois des Arts de la Scène en 1993 à son prix en 2011 sur les scènes de Mont-Laurier, de Belgique, d’Allemagne, de France, de Suisse et même de Lituanie, l’Avant-Scène brille par sa passion sincère, son talent, son imagination et son excellente technique.

« Le théâtre amateur nous aide à bien vieillir. Il nous fait vivre des expériences enrichissantes au niveau humain en plus de nous permettre de déployer notre créativité. Vous devriez essayer !» affirme Jean-Guy. Et son invitation est concrète. « Une fois par mois, nous nous réunissons pour lire une pièce. On invite des intéressés, et leur permet de s’essayer sans danger en nous donnant la chance de découvrir de nouveaux talents. Nul besoin d’avoir une formation. D’ailleurs on en donne. On offre des cours de maquillage, des ateliers etc. Plusieurs membres de la troupe sont diplômés en théâtre et ravis de partager leurs connaissances, » conclut notre passionné.

« Le théâtre amateur, ce n’est plus le théâtre de sous-sol d’église. Nous sommes le théâtre de proximité. C’est ici qu’on touche au rêve. Ensemble, on vit, de manière créative, le moment présent, l’éphémère sorti de nos têtes et de nos cœurs pour vous, » ajoute l’acteur en conclusion. C’est tout un programme… souhaitons-lui encore 65 ans pour le réaliser !