phil_brach_press_1_credit-le-petit-russeQuand on demande à Philippe Brach de se décrire sur scène, il se projette prolixe et libre. « Je suis tellement mal d’écrire ma musique, que je préfère dire au monde de venir voir le show. J’aime parler avec les gens pour recrinquer la toune. Chacun de nos spectacles est unique, rien n’est calculé à l’avance. Les chansons, on les joue depuis un bout, alors parler avec le public nous permet de rentrer de nouveau dans le morceau.»

UNE INSPIRATION DÉBORDANTE ET SANS LIMITES!
«Je n’ai pas développé de processus de création. J’aime ce qui est chaotique, fictif, auto-fictif même. Ce que j’écris est très proche de la réalité quand je m’inspire de ce que je vis… Et ce que je ne vis pas me questionne. C’est dangereux de rester dans sa zone de confort, j’aime aller ailleurs, surtout si je n’en ai jamais parlé avant.» N’allez pas croire qu’avec Philipe Brach, tout est désordre et tourmente pour autant. Pudique et respectueux dans ses albums comme sur scène, l’artiste sait prendre du recul si les plaies sont trop vives.

L’HUMOUR COMME FIL CONDUCTEUR!
« J’aime blaguer. L’humour est une soupape. Grâce à lui, j’ouvre la porte. Par exemple, la pochette de l’album, c’est mon idéal de famille dysfonctionnelle. Au départ j’ai fait ça pour déconner.» Sélectionné en tant que Révélation Radio-Canada puis Révélation de l’année au dernier Gala de l’ADISQ, l’artiste a trouvé l’énergie et l’inspiration pour pondre Portraits de famine, un album réalisé par Louis-Jean Cormier. Le samedi 5 novembre prochain à 20 h, Philippe Brach nous promet une soirée bien givrée, dont lui seul a le secret!

Procurez-vous vos billets en ligne en tout temps, par téléphone au 514 367-5000 ou en personne au 7644 rue Édouard à LaSalle du lundi au vendredi de 12 h à 19 h et le samedi de 12 h à 16 h.