J’ai accueilli l’arrivée de mes deux petits enfants, comme un cadeau du ciel (comme s’il existait). Jamais je n’aurais pu imaginer un tel Bonheur. Deux chérubins, deux âmes dont l’innocence chavire mon cœur de papi.

D’abord comblé par la venue de la première, une petite fille toute brune magnifique (normal, c’est la mienne). L’amour inconditionnel, la force du sang qui, d’un trait, prêtait à ma vie un nouveau souffle. Du miel partout. Un amour nouveau en apprentissage, véritable mélange d’un coup de foudre et d’un sentiment infiniment profond que je ne reconnais pas. Petite boule d’amour, qui depuis presque cinq ans, nourrit en moi la certitude que les anges existent et qu’ils m’ont conquis. Puis, l’autre bambin, de deux ans son cadet. J’ignorais que mon cœur fut assez grand pour contenir tant de joie et de bonheur.

Bien loin de l’amour charnel, celui-ci pur, imprimé en moi comme un code unique, un trésor, un tatouage indélébile, me rend plus fort et terriblement gaga. Je vous fais grâce de mes singeries, de mes bouffonneries qui feront légende. J’ai la chance de partager mon quotidien avec eux, le gage d’une connexion forte et vibrante. Il m’est facile et naturel de partager avec leurs parents, leurs grandes joies et leurs petites peines. Ceux et celles d’entre vous qui vivez ce privilège, comprenez mon attachement véritable et la fascination qu’ils exercent sur moi.

Je les aime dans le jeu, souvent à quatre pattes, dans le partage à cœur ouvert et dans les bonnes et les moins bonnes journées. Je souhaite leur laisser en héritage : le sens de la famille, le visage aimant d’un grand-père gâteau un peu fou. Cet amour m’est prêté, je le sais bien. J’en profite au max. Être grand-père, c’est un acte d’amour en continu et une preuve que la vie vaut la peine d’être vécue. Je réalise qu’avec eux, tous les jours c’est la St-Valentin…Chez nous Cupidon est occupé à l’année !

Il n’y a pas de recette miracle, et je sais bien qu’un jour peut-être, il me faudra faire le deuil de leur innocence. L’école, l’adolescence et les premiers chagrins d’amour…Que sais-je ? Un amour aussi puissant se transformera bien évidemment. Pourtant mon petit doigt me dit qu’il tiendra par le cœur éternellement.