En ma qualité de libraire, je n’ai jamais été folle du terme « lectures d’été », peut-être parce qu’il réduit le spectre des possibles et qu’on n’y cantonne généralement qu’une poignée d’auteur.e.s à succès dont l’objectif premier semble toujours de s’éloigner le moins possible de leurs vieilles amours. Je me fais donc une mission de sortir les gens de leur zone de confort. Je ne vous mentirai pas : ça ne fonctionne pas tout le temps ! Mais une question demeure : pourquoi faudrait-il que les lectures estivales soient différentes des lectures hivernales ? L’été est justement le moment parfait pour se plonger dans cette grosse brique qui traîne depuis l’automne sur notre table de chevet ou dans cet essai plutôt épais que nous ne prenons jamais le temps de lire. Voici donc deux ouvrages atypiques pour mettre en pratique une « nouvelle » lecture d’été.

PETITE LAINE, AMÉLIE PANNETON
Quatre colocs que les aléas de la vie ont réunies. Un retour dans le passé aux accents de regrets et de recommencements. Une révolte prenant pour armes des broches à tricoter. Amélie Panneton nous entraîne dans un univers où, à première vue, tout est duveteux. Lorsqu’on gratte le vernis brillant de la surface, toutefois, on entre dans un monde de faux-semblants et de mensonges, où le spectre des relations humaines se déploie dans toute sa complexité.

I LOVE DICK, CHRIS KRAUS
Roman-concept des années 90, I love Dick a été traduit en français en 2016. Chris, artiste cérébrale désabusée, nomade, est mariée à Sylvère, professeur d’université. Leur quotidien somme toute ordinaire bascule lorsque Chris, à l’occasion d’un souper entre amis, tombe amoureuse de Dick. S’ensuit une correspondance réelle et imaginée entre Chris et Dick, à laquelle Sylvère ajoute son grain de sel. Chris Kraus en mène large dans cet inclassable ovni, se jouant des conventions et se permettant des réflexions sur le monde et sur les arts qui résonnent encore aujourd’hui, plus de vingt ans après la parution du livre.