À l’image du pic-bois et de son plumage flamboyant, Flicker met en scène un univers aussi intriguant qu’envoûtant. Dans des chorégraphies signées Margaret Gernier, l’histoire des Premières Nations, son patrimoine chanté et dansé est transmis aux générations plus jeunes.

La danse autochtone contemporaine s’allie au multimédia pour le récit d’un jeune homme en voyage ensorcelé par un chant qui lui provient de la forêt. Un pic-bois, figure mystique souvent représenté sur les masques traditionnels, lui vient en aide et le guide vers la rivière.

Cette plus récente pièce de la troupe Damelahamid de la Colombie-Britannique s’arrêtera à Sainte-Geneviève. «Nous avons ici abordé le flicker (pic-bois) en termes de lumière, représentant notamment la façon dont elle se reflète sur les plumes de sa queue. Le caractère répétitif de son martèlement est aussi un des éléments qui se transpose dans notre danse», raconte Mme Grenier.

COULEURS
À la fois expression identitaire et célébration de la diversité des cultures autochtones à travers le pays, il était essentiel pour la chorégraphe, qui partage la scène avec Nigel et Raven Grenier, Rebecca Baker et Jeanette Kotowich, que chacun des interprètes teinte le spectacle de ses couleurs.

«Nous travaillons avec chaque danseur afin qu’il apporte sa personnalité et ses propres expériences. Nous portons tous le spectacle d’une façon différente, alors au final Flicker raconte plusieurs histoires individuelles», indique-t-elle.

Après deux années de travail consacrées à la création – dont la composition de la totalité des chansons originales – Dancers of Damelahamid a présenté la pièce en grande première au National Arts Centre de Colombie-Britannique en juin 2016. Flicker se démarque à la fois par sa mise en scène, ses costumes, son enrobage multimédia et le savoir-faire de ses interprètes.

PERFORMANCE
Les artistes sont fébriles de revenir après plusieurs années d’absence. «C’est notre première fois au Québec depuis très longtemps. Nous allons entre-autres à Baie-Comeau, Sept-Îles, Gaspé et chez-vous, à la Salle Pauline-Julien. Nous sommes ici pour connecter, partager avec les gens», soutient Margaret Grenier, qui se joindra à l’Apéro-danse présenté avant le spectacle du 10 novembre.

Ce sera l’occasion d’un voyage unique à travers les traditions des Premières Nations.

Pour plus d’infos
pauline-julien.com
514 626-1616